Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

P A T A G O N I A / Nicole Barondeau / De la lecture à l’aventure / Du périple a l’œuvre

P   A   T   A   G   O   N   I   A

Nicole Barondeau 

De la lecture à l’aventure

Du périple à l’œuvre

NICOLE.jpg

Dans l’inconscient collectif des voyageurs ou des rêveurs, «  Patagonie » est un mot fantasmagorique. La Patagonie … Le chroniqueur Pigafetta a consigné dans le journal de bord du voyage de Magellan : «  Notre capitaine a appelé ce peuple Patagones, en observant les empreintes des grands pieds des indigènes trouvées sur la plage, cela va au-delà de l'imagination de n'importe quel voyageur. »

Nicole Barondeau a voulu rendre visite à ses rêves, mettre à l’épreuve de son imaginaire la réalité de ces contrées. Fascinée par le Chili, elle a succombé au grand spectacle de ce territoire du bout du monde au point de traduire ses émotions en un projet artistique : une Exposition d’envergure et un livre Photo-Texte. Récit d’une aventure enthousiaste, vertigineuse

  En 2016, Nicole Barondeau, qui a lu les promesses de terres, de mythes et de légendes relatées par l’écrivain chilien Francisco Coloane, accomplit ce voyage légendaire.

  Elle quitte son atelier, « va sur son sac à dos », ses godillots, façon roots, vers cet horizon tant rêvé. Habitée par sa créativité d’artiste verrier, Nicole Barondeau s'imprègne pendant trois mois du Chili, de ses contrées coincées dans une bande étroite et longue, tel un point d’exclamation posé sur l’Antarctique, entre l'Océan Pacifique et la cordillère des Andes.

CHI !.jpgCHILE.jpg

De Santiago à La Serena, via Valparaiso 

VALPARAISO.jpg

FUNIC.jpg

  Elle va sur les routes de Santiago à La Serena en direction du désert d'Atacama, en faisant une halte incontournable à Valparaíso, une ville portuaire, absolument magnifique. Nicole qui a vécu à Sète est d’autant plus séduite qu’elle adore l’atmosphère des ports. Le spectacle de toutes ces maisons peintes en bleu, rouge, jaune, vert, accrochées aux quinze cerros ( collines ) qu’escaladent les pittoresques funiculaires, en font un chef d'œuvre. On raconte que ce sont les femmes de pêcheurs qui sont à l'origine de ces façades multicolores, afin que les marins, de retour au port, repèrent leur maison.

  Plus au nord, la ville de La Serena. La région produit de très bon vins et le ciel étoilé y est le plus pur du monde. Là, elle participe à une résidence d'artiste organisée par la Galerie Chile Arte.

Les plus beaux paysages du monde

PLATEAU.jpg

© Nicole Barondeau

  Tout au long de son périple, elle traverse des lieux magiques, hallucinants de beauté, terres de solitude, libres et sauvages. Pour Nicole c’est un choc. « Ce n’est plus l’homme qui habite la nature, mais la nature qui tolère l’homme. Des grands espaces, des plateaux à l’infini, de la végétation courbée par les vents violents, des rugissements de la mer, des glaciers qui terminent leur course dans l’Océan, des montagnes sévères et monumentales. Les paysages sont si somptueux qu'on ne trouve pas les mots pour les décrire. » affirme-t-elle. Les mots... mais l'artiste, à l'œil passé au papier de verre, en traduira l'essence émotionnelle.

Un pays et des Hommes

  Le voyage c’est aussi la rencontre des hommes qui peuplent le territoire, or le Chili est un pays aux gens très accueillants qui font très vite assaut d'accolades sincères, des abrazos. Nicole se plaît à citer une anecdote significative de cet état d'esprit chilien : « 4 heures du matin, à La Serena, je cherche un taxi pour rentrer à Coquimbo, croise alors un jeune couple qui spontanément m'accompagne à la station de taxis. Je n’ai pas en poche les 15 000 Pesos pour payer la course. Il en manque 3000. La jeune fille négocie en vain et me donne l’argent manquant. Je ne pourrai pas te les rendre ! Ne t'inquiète pas me dit-elle, la vie me le rendra. C'est un acte si généreux que je me dois à mon tour de le rendre à la vie ! »

Le bout du bout du monde, la Patagonie

  Direction la Patagonie à présent, quatre jours dans un cargo depuis Puerto Montt jusqu’à Puerto Natales, naviguant dans des fjords, au pied de montagnes enneigées, de glaciers, avec des arcs-en-ciel admirables quand le ciel se joue de la pluie, pour se faufiler enfin dans l'archipel chilien aux innombrables îles. C'est l'impressionnante route empruntée par les Cap-horniers avant la construction du Canal de Panama.

  Tout en bas, il y a la Tierra del Fuego ( Terre de Feu ) qui se partage entre le Chili et l'Argentine ( Ushuaïa ), « La sensation d’être au bout du monde est merveilleuse, sensation renforcée par le trek effectué pendant six jours dans le Parque Torres del Paine. » Au-delà c'est le Détroit de Magellan, le Cabo de Hornos ( Cap Horn ) et l'Antarctique. 

LAC.jpg

© Nicole Barondeau

LAC2.jpg

© Nicole Barondeau

MONTES.jpg

© Nicole Barondeau

  Dans cette Tierra del Fuego, Nicole séjourne à Punta Arenas, un port du détroit de Magellan, elle est séduite par le très beau travail d’une artiste peintre, Georgina Núñez Gómez, qui expose ses peintures précisément sur le thème de la Patagonie.

PATAGONIA | Terre de l’imaginaire sans fin

Une exposition sous la forme d’une scénographie et un livre Photo-Texte en hommage à ces lieux mythiques de la nature sauvage

  De retour en France, dans son atelier de Baillargues, comme pour signifier l’exigence onirique, elle entreprend le projet d’une exposition et d’un livre Photo-Texte.

  « La Patagonie, c'est du vent, de l'eau, de la glace, des montagnes, des moutons. Ce sont ces mots-clés qui m'ont inspirée, que j'ai déclinés pour proposer une sorte d'installation, une scénographie et un livre sur le thème de ces terres d'extrêmes. »

 VERRE-MONTAGNE.jpg

© Guy Rieutort

 VERRE MONTAGNE2.jpg

PATAGONIA32V2NEMENT.jpg

© Guy Rieutort

  Afin de commémorer trente ans ( 1987-2017 ) de création, Nicole Barondeau a conçu cette exposition qui représente la synthèse de sa démarche artistique. À la manière d’un écrivain voyageur, elle raconte les imaginaires du voyage par ses installations à découvrir, par exemple  des sculptures, des montagnes de verre, des masques et des tipis de glace des Selknam ( Amérindiens de la Terre de Feu, chasseurs nomades, aujourd’hui disparus des siècles ).

MASQU1.jpg

MASQUE2.jpg

© Guy Rieutort

   La Patagonie est ici mise en scène par des moyens plastiques qui recourent au verre, aux matériaux bruts, aux couleurs froides, comme autant d’évocations.

  « Cela fait un an que je prépare cette exposition, le 12 mai prochain à l'espace Morastel de Mauguio aura lieu le vernissage de PATAGONIA | Terre de l’imaginaire sans fin. L’Exposition est en place jusqu’au 30 juin. »

  Georgina Núñez Gómez va exposer quelques-unes de ses toiles sur le thème. Elle sera présente lors du vernissage.

  Rendez-vous en Patagonie à Mauguio !

Guy Rieutort 1er mai 2017

En savoir plus 

Entrée libre / Jours d’ouverture :
Lundi / vendredi 13h30 -17h
Mercredi : 9h -12h / 13h30
Samedis 13 & 20 mai / 10, 17 & 24 juin : 15h -18h
Visites commentées par Nicole Barondeau : samedi 13 mai / 10, 17, 24 juin : 15h - 18h
04 67 29 65 35 / folacci@mauguio-carnon.com

Écrire un commentaire

Optionnel