Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PoésiE

  • Les 3 Grâces

    Au commencement étaient 3 déesses, les Primaires. Mme Bleue, Mme Jaune, Mme Rouge. De leurs unions naquirent les Secondaires puis les Tertiaires.

    Je connais un peu ces 3 Grâces et vais vous en dire quelques mots.

    Mme Bleue qui vit qui en Méditerranée a pour voisine Mme Jaune qui habite St Trop. Mme Rouge quant à elle réside à Séville, elle est l’amie intime de Babel et Paco.

    Madame Bleue, on le sait, a du pur sang royal. C’est la Course au large qu’affectionne la dame, elle porte un Céladon quand elle part en mer. Mme Jaune en revanche n’aime rien d’autre que bronzer à la plage en attendant l’amor. Mme Rouge, cette idiote, a tendance à hanter les rayons des supermarchés, elle adore consommer. Par bonheur, Mme Rouge se vêt, se voit, se vit en Pénélope Cruz quand elle se la joue jamona.

    Souvent, toujours peut-être, Mme Rouge est bondée d’énergie, Mme Rouge est chaude, eh oui, il faut le dire ! Mme Bleue est bien froide, elle a la trouille au ventre et garde ses distances au contraire de Mme Jaune qui n’a pas froid aux yeux et exulte.

    Il faut voir Mme Rouge danser le Flamenco, Mme Bleue quand elle lève furtivement le feston et l’ourlet et Mme Jaune à midi quand elle pique sans vergogne !

    Le lieu de prédilection de Bleue après un long voyage c’est l’Outre Mer, allez savoir pourquoi. Rouge adore son pays qu’elle ne quitte jamais, l’Espagne est son Monde, Séville est sa conquête. Jaune adore La Camargue sans doute pour Van Gogh.

    Souvent, les créateurs, Dieu dit-on le premier, mélangent les 3 Primaires. Naissent de ces ébats de belles Secondaires. Mme Bleue lutine Mme Rouge pour un Violet consentant, puis Mme Rouge flirte avec Mme Jaune pour un Orange tonique tandis que Mme Bleue, sans doute très jalouse, éjecte Mme Rouge et embrasse Mme Jaune à bouche que veux-tu et fait sourdre un Vert à repeindre un printemps.

    Afin de moins claquer, les 3 osent se mixer. Mais il y a grand danger à se neutraliser jusqu’au marron sans nom. Alors pour gagner l’élégance, elles négocient entre elles, s’échangent les pigments, élisent une dominante. Souvent Mme Rouge, écarlate ou Carmin emporte la palette mais d’autre fois Mme Bleue renverse la tendance quand Mme Jaune lui en laisse le loisir.

    Les 3 Primaires aiment Matisse qui leur fait des parures à fleurs. Il a le fil à plomb dans l'œil ce Matisse, il ajuste la robe qui souligne leurs courbes mais tout en retenue.

    Picasso, moins pudique, s’adresse aux Secondaires, d'un énergique trait il leur fait des avances, ôte leurs oripeaux, triture leurs pigments, les enserre dans les rets de sa géométrie. 

    Chez Staël, Il y a du merveilleux chez Staël qui convie les beautés pour mieux les malaxer, il les peint à mille tons, il en fait des Tertiaires, les mélange à l’envi pour des gris crapuleux et si subtils qu’elles en sont rompues, métamorphosées et sublimes.

     

     

  • La Novia de Guadalupe

    Monasterio de Nuestra Señora de Guadalupe / Extremadura / Juillet 1999 

    photo,espagne,guadalupe,alice au pays des merveilles

     

     

     


     

    Une femme apparut, de dos, élégante, en robe de mariée, se déplaçant rapidement dans un couloir aux ombres suggestives.

    La lumière filtrant à la gauche de la photo m’intrigua. Puis ce fut le tour de la première arche à droite, dans laquelle, capricieusement, la silhouette de la belle ne se projette pas entièrement au sol. Mais lorsqu’on porte le regard sur le mur, on croit deviner un visage masculin : celui du photographe ? Cette ombre à la fois l’observe et la poursuit.

    «  Musée de peinture et de sculpture ». Que fuit cette femme ? Pourquoi est-elle ainsi vêtue dans un musée ? Quelle heure est-il ? Sans doute 5 h du soir.

    Je me glisse dans les profondeurs de l’image, dans l’intimité du photographe, afin de suivre l’élan du corps de la Belle chaloupant à l’envi, noblement hissée sur les talons fripons, pour une nouvelle version d’Alice au Pays des Merveilles.

  • De Baraque abimée en Maison blanche

    Au bas mot, je peux dire qu'au départ on pouvait voir une baraque abimée, l'habiter fut bien difficile.
    Et d'Ikea en Leroy, de Brico en marché, d'huile de coude en tendinite, de placo en enduit, ma baraque abimée s'est transformée en maison blanche et colorée et 9 mois après, y vivre, yes I can !

    mobile_picture