Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • El matador

    Je n’en reviens toujours pas, j’ai soudain vu son corps inerte, les yeux révulsés, le visage ravagé par la douleur, une main crispée sur sa gorge comme tachée d’encre rouge. Il n’a pas crié ou si peu, j’ai cru entendre zut ou merde alors !

     

    J’ignore combien de temps a passé depuis ce petit cri, ce râle, je ne parviens pas à comprendre ce qui s'est déroulé à ce moment-là, ni quelle fut ma réaction. Je crois qu’un waouh de satisfaction est sorti de mes poumons. Normal après tant de maladresses, d’exaspération.

     

    Quelques années plus tôt, j’aurais fait meilleure figure, j’avais alors cette capacité de conquistador, irritante pour l’autre. J’en souris encore de cette suprématie, je m’en faisais un sacré point d’honneur. Sans modestie, quiconque était face à moi en gardait un souvenir cruel ad vitam æternam. Un vrai tueur.

     

    Il me semblait que j’étais le roi de la terre, j’avais fixé la barre de ma vie très haut, ratissais large et gagnais sur tous les tableaux. Je veux dire surtout sur le tableau essentiel, celui de ces dames qui se bousculaient pour mieux m’aduler, louer ma gestuelle, glorifier mon énergie et complimenter une élégance d’artiste.

     

    Passé le moment d'absence qui a suivi mon enthousiasme, je me précipite de l'autre côté du mur et me rends à l'évidence, terrifiante : il est bel et bien allongé et sans vie.

     

    Soudain je réalise, et c’est un cauchemar pour l'ex-roi de la terre battue... Je revois des ciseaux voler par-dessus le filet changé en mur, la raquette s'est transformée en arme blanche ! Catapultée avec la balle, les lames sont venues trancher la carotide de mon adversaire de tennis.

     

    6 heures du mat, el matador sort du brouillard.

  • Religion & Pouvoir

    Je veux bien qu’on appelle Dieu ou Allah ce qui résiste à la raison, ce qui est irréductible à une raison pure. Mais pourquoi a-t-on besoin de ça ?

    Voltaire dit Dieu est nécessaire parce que ça permet de mener le peuple par le bout du nez.

    On s’adresse à l’irrationnel des gens, on les prend par les instincts et le ventre et non par le cerveau et la raison dit Michel Onfray.

    Dieu sert à faire l’économie d'un questionnement existentiel, sur le sens de la vie. Du pourquoi ce scénario qui finit mal et dont le pitch est : on naît, on meurt. Alors pourquoi se donner tant de mal à vivre, mieux à survivre, puisque la fin tragique est inexorable. Dieu, Allah et Cie servent aux petites gens à accepter l'inacceptable, l'injustice. Dieu, Allah, etc. sont des leviers pour les puissants qui continuent à s'appuyer sur la religion pour mieux asservir le peuple.

    L'alternative laïque Marxiste a eu, a encore dans 3 ou 4 pays, la même fonction d'ostracisme en imposant une forme de hiérarchie et de sacré qui porte un nom : l'élitisme qui "mène le peuple par le bout du nez." 

    La véritable alternative doit faire abstraction des cultes et du culte de la personnalité et de l'élitisme qui est affaire de privilégiés qui ont le pouvoir. Il faut chasser les Moi-Je, tel Sarkozy qui se prend pour un Chef de droit divin, sait tout, est partout, prend le parti et Carla à la hussarde et s’en sert. Il me semble que seuls les antilibéraux et les hédonistes sont opposés au sacré de la hiérarchie et à l'exercice d'un pouvoir personnel et religieux, ou lié au religieux. Ainsi soit-il. 

    Diabolo.jpg


     

    26/05/08


  • Aux larmes, citoyen !

    Tout s'explique, ou sous l’homme, 1 belle âme et 2 belles dames. J’en suis ému aux larmes, citoyen. 

    Clic pour agrandir : 

    SARKO-Cécilia-Carla6 copie.jpg